Le Traitement Brocoli

broccoliwikipedia.png

Note du webmaster de prostatitis.org : ” cette page est présentée exactement telle qu’elle nous a été envoyée par l’auteur en tant que service à nos visiteurs. Ni la fondation prostatite ni le webmaster n’en assument la responsabilité, pas plus que nous n’en faisons de commentaires négatifs. Les patients doivent se servir de leur sens critique avant de suivre un avis, celui-ci ou un autre, d’où qu’il vienne.”

Par le professeur Ibrahim Adnan Saracoglu

    Ces pages ont été traduites par h92 :

Prise recommandée et préparation dans le traitement à base de brocoli

Introduction

Le traitement à base de brocoli est un traitement complémentaire puissant et préventif de l’hypertrophie bénigne de la prostate, de la prostatite, de la cystite et des infections de l’appareil urinaire (y compris de la vessie, des reins, des vésicules séminales etc …).

Le Traitement Brocoli a simultanément deux effets. Le premier est une action anti-inflammatoire. Le second est une augmentation de l’efficacité du système immunitaire. Ces deux propriétés en font un traitement très efficace. Aucun des médicaments ou antibiotiques utilisés habituellement dans le traitement de la prostatite n’augmentent directement l’efficacité du système immunitaire, au contraire, ils le réduisent.

En plus de ces propriétés, le brocoli a un effet antilithogène (dissolution des calculs prostatiques). Pour l’effet antilithogène, vous devez avoir suivi le traitement pendant au moins deux mois à double dose.

Vous pouvez consommer du brocoli frais ou surgelé. Il n’y aucune différence entre les deux vis à vis des ces effets. Le traitement brocoli est à suivre pendant 21 jours. Il doit être considéré comme une cure. Le brocoli n’a aucun effet secondaire ni d’interaction avec les médicaments.

Préparation: (voir également la FAQ)

Vous utilisez la tige (la base de la plante) et la fleur pour la préparation.

Un minimum de 250g de brocoli doit être bouilli à feu doux dans un litre d’eau pendant 7 minutes. La moitié du jus doit être prise le matin, et l’autre moitié le soir.  Après l’avoir ingurgité, ne mangez et ne buvez rien (sauf de l’eau) pendant 20 minutes. C’est également très avantageux de manger la fleur du brocoli pour le déjeuner. Ceci est à faire tous les jours pendant une semaine. Il y aura ensuite une pause de 4 jours à la fin de chaque semaine. Cela doit être fait pendant 21 jours, sans compter les pauses.

PS: Plus de 250g de brocoli dans un litre d’eau augmente l’efficacité. Plus de 500g par litre n’apporte rien de plus.

  1. Les malades qui souffrent d’hypertophie bénigne de la prostate ou de prostatite depuis un ou deux ans
    Pour les personnes malades depuis un ou deux ans, 21 jours de traitement suffisent. Les patients qui fait leur cure de 21 jours peuvent à nouveau sentir un manque de confort 5 ou 6 mois après. Dans ce cas, un autre traitement de 10 jours suffira
  2. Les malades qui souffrent d’hypertophie bénigne de la prostate ou de prostatite depuis longtemps 
    Si vous êtes malades depuis 4, 5 ans, voire plus, le traitement de 21 jours vous aidera à vous sentir mieux temporairement (pendant 2 à 3 mois). Dans ce cas, vous devez faire un traitement brocoli pendant 45 jours.

Attention

Pendant le traitement, les épices sont rigoureusement interdites, et vous devez éviter de consommer tout type de café et de graisse animale.

Les résultats prévus pendant et après le traitement sont les suivants :

  1. Régulation des dysfonctions sexuelles (troubles de l’érection)
  2. Régulation des complications urinaires
  3. Augmentation du volume éjaculatoire et de la libido
  4. Diminution des pathologies uro-génitales (vessie, prostate, urètre, vésicules séminales etc …)
  5. Diminution du PSA (Antigène Prostatique Spécifique)
  6. Aide vis à vis des spasmes et crampes du système uro-génital

Le brocoli a les propriétés suivantes dont vous profitez également pendant le traitement :

  1. Baisse du cholestérol
  2. Régulation des intestins
  3. Régulation de la pression sanguine
  4. Amélioration du système immunitaire et de l’énergie physique

Si vous avez des questions, veuillez m’envoyer un email (ndt: en anglais !) : isaracoglu@superonline.com

Salutations,
Professeur Ibrahim Adnan SARACOGLU

Le Traitement Brocoli, témoignage et expérience personnelle

(Phil443)

Voilà désormais plus de 2 ans que je pratique le traitement brocoli de façon ininterrompue. Et, si je n’envisage pas désormais un instant de m’en passer, c’est que les avantages que j’en ai tirés et que je continue d’en tirer sont importants. Certains symptômes - comme les douleurs urétrales – sont mêmes si lointaines que je ne me souviens plus les avoir connues. Elles reviennent lors de très rares et cours épisodes me rappeler à quel point elles peuvent être désagréables et angoissantes quotidiennement.  D’après mon expérience ( qui modère néanmoins les descriptions trop dithyrambiques du site brocoli’ ), voici les améliorations que j’ai pu ressentir :           

  • Disparition des brûlures durant la miction: l’urétrite – ou inflammation/ infection plus ou moins permanente de l’urètre – a  disparue. Cela pourrait être lié à la double action anti-inflammatoire et anti-infectieuse du bouillon de brocoli 
  • Amélioration de la régularité du jet urinaire. Le jet qui était lent et interrompu est désormais beaucoup plus proche de la normale bien qu’il demeure de force réduite. Ce symptôme ne revient que lors d’excès de table ou de consommation de substances irritantes (champagne, vin blanc, épices, cafés…) 
  • Renforcement des facultés érectiles. La prostatite entraîne souvent un affaiblissement de l’érection et de l’appétit sexuel. Indéniablement, le jus de brocoli a un ‘effet Viagra’, assez permanent et sans contre-indications ni accoutumance, contrairement aux médicaments. Comme le Viagra, le bouillon de brocoli a un puissant effet vasodilatateur, et il aide à rétablir la circulation sanguine dans la région pelvienne
  • Quasi disparition du symptôme de la ‘balle de golf’.  Je peux dire que je suis désormais débarrassé à 90% de ce symptôme de gonflement ou pesanteur anal.  En particulier après les séances de sport qui entraînaient à chaque fois des douleurs rectales durables. Ces douleurs peuvent néanmoins revenir de temps en temps, mais pas au même niveau ni sur une aussi longue période. 
  • L’amélioration de l’ischémie* prostatique et pelvienne est certainement un des effets majeurs du Traitement Brocoli. 

(*) ischémie [iskemi] nom féminin (grec iskhein, arrêter et haima, sang) [Médecine] Diminution ou interruption de l’irrigation sanguine d’un organe, d’un tissu. Copyright : Le Petit Larousse © / HER 2000

 

Ce qu’il ne faut pas attendre du Traitement Brocoli 

  • L’écoulement urinaire, s’il est amélioré, ne peut pas être complètement rétabli par ce simple traitement.  
  • L’effet sur la pollakiurie (mictions fréquentes et peu abondantes) est indéniable. Les mictions sont plus espacées et plus abondantes mais il n’y a pas guérison complète
  • Même chose pour l’impériosité (ou urgence) : diminution mais pas disparition 
  • Pas ou peu d’effet constaté sur la production de sperme  
  • Effet anti-lithogène (dissolution des calcifications de la prostate) : il faut être très réservé sur les capacité du Brocoli à réduire les calculs prostatiques 

  

Le Traitement Brocoli dans le temps 

  • Il ne faut pas trop se fixer sur la durée du traitement, comme s’il s’agissait d’une antibiothérapie p.ex. Le traitement brocoli n’est pas un médicament et les durées indiquées sont parfaitement aléatoires. C’est à chacun de juger de cette durée en fonction des bénéfices retirés et de décider d’arrêter, ou de poursuivre le traitement en permanence
  • Si l’amélioration procurée peut être spectaculaire, les bienfaits ressentis s’arrêtent en même temps que le traitement.  Il ne faut donc pas s’attendre à une guérison. Le traitement brocoli est un traitement symptômatique (qui s’attaque aux symptômes), pas un traitement curatif (qui guérit la maladie).
  • Il n’y a aucun inconvénient à consommer le bouillon seul en permanence. Par contre la consommation quotidienne de la fleur de brocoli peut entraîner une irritation des intestins chez certaines personnes

  Le “Traitement Brocoli Continu” 

  • La préparation et la consommation quotidiennes du bouillon de brocoli étant assez astreignantes, j’ai mis au point une méthode ”intermédiaire” qui fonctionne et qui  permet de ne jamais interrompre le traitement :
    • Prendre 500 grammes de brocoli (frais de préférence) 
    • Faire bouillir 10 mn dans 1 litre 1/2 d’eau 
    • On obtient ainsi 3 grands bols d’1/2 litre chacun : un à consommer de suite, les 2 autres étant conservés au réfrigérateur 
    • Consommer le 2ème bol le lendemain et le 3ème bol le surlendemain.  Boire le bouillon réchauffé et non froid 
    • Laisser passer un jour sans rien prendre, puis recommencer avec 500 g. de nouveaux brocolis frais. 
    • De cette façon et sans contrainte excessive, il est possible de suivre un traitement permanent afin d’éviter la reprise des symptômes en cas d’arrêt 

NB : l’approvisionnement en brocoli frais n’étant jamais assuré, il est utile de conserver au congélateur 1 ou 2 KG de légume surgelé.  Le couper en petits morceaux au préalable, sinon le brocoli congelé sera inutilisable   

Le Traitement Brocoli et les voyages

  •  Lors d’un voyage de courte durée, on peut faire avec 500G. de brocoli une préparation concentrée dans un litre d’eau et la conserver dans un thermos. Le bouillon chaud pourra être consommé durant 24 à 36 H. 
  • Lorsque le déplacement est plus long et qu’on craint de ne pas trouver de légume frais sur place, on peut prendre avec soi 1 KG de brocoli qui se conservera environ une semaine au réfrigérateur. Au-delà il n’y a pas de solution de remplacement   

L’action sur le long terme 

  •   Bien qu’il n’existe pour l’instant aucune étude connue sur le sujet, mon opinion est que la diminution permanente de symptômes pénibles ne peut qu’additionner ses bénéfices avec le temps. Depuis que j’applique ce traitement – et ceci malgré d’inévitables recrudescences inexpliquées caractéristiques des CPPS* - j’ai réussi à reléguer cette maladie aux oubliettes et, la plupart du temps, à ne plus y penser…    (*) Chonic Prostatic Pelvic Syndrome / Syndrome Prostatique Pelvien Chronique
  • Après 4 ans de consommation, je n’ai constaté aucun effet nuisible sur le long terme 

Que faire de la fleur du brocoli ? 

  • La fleur du brocoli a tant de vertus qu’elle est considéré par les diététiciens comme un “miracle de la nature”, il est donc très intéressant de la consommer.
  • On peut l’assaisonner cette fois avec du sel ou la cuisiner avec une légère quantité de beurre. Elle vient très opportunément remédier à notre carence en légumes.   

Le brocoli et les Oméga-3 

  • Des études récentes ont montré que 100 g. de brocoli contenaient 1g. d’oméga 3 végétaux ( la dose optimale préconisée par l’AFSSA étant de 2 g. par jour.)
  • Les oméga 3 végétaux (ALA) luttent efficacement contre les rhumatismes, l’arthrose, les maladies cardio-vasculaires, la dépression et favorisent le bon fonctionnement cérébral.  

Le brocoli et le cancer de la prostate / Broccosprouts 

                                         021078011033.jpg                                  

Divergences par rapport au ‘Site Brocoli’   

A l’issue de  mon expérience personnelle, voici les points sur lesquels je diverge par rapport au Site Brocoli

  • Cuisson: durée 7 mn à partir d’une eau en ébullition. On peut aussi laisser infuser quelques minutes pour obtenir un bouillon plus ‘intense’. 
  • Graisses animales : il n’y a pas de raisons de se priver des produits laitiers.  Rien ne prouve qu’un régime allégé en matières grasses améliorer l’état de la prostate, guère plus qu’il n’est démontré que l’engorgement de la prostate – s’il existe - soit lié à une quelconque surconsommation de MG.  
  • Le dysfonctionnement prostatique n’a pas forcément pour origine un « encrassement » de la prostate, contrairement à ce que dit le site. C’est une vision simpliste, les causes réelles sont beaucoup plus vastes
  • Le café matinal n’est pas forcément à supprimer. Personnellement j’en prends un corsé, chaque matin, sans inconvénient (par contre les épices, moutardes, vin blanc, etc… sont bien à proscrire)
  • Il ne faut pas se fixer sur la durée du traitement indiquée sur le site. Il faut poursuivre si on en retire un bienfait et aucun inconvénient  
  • les symptômes reprennent à l’arrêt du traitement, il est nécessaire d’insister sur ce point
  • Conservation du bouillon au réfrigérateur : censée ne pas dépasser 24 H., je le conserve 48H. lors du “traitement continu” et en tire néanmoins un bénéfice. 
  • Frais ou surgelé ? : le site prétend qu’il n’y a pas de différence, en fait on peut  en douter. En effet, le goût désagréable du jus et de la fleur surgelée réchauffés semble montrer que le légume a souffert de la congélation, ce qui ne surprendra nullement les diététiciens.  Néanmoins, mieux vaut surgelé que rien du tout…

La composition du brocoli :

Valeur nutritive (100 g) :  (source Wikipédia)

  • Calories: 27
  • Protéines: 3 g
  • Glucides: 2,4 g
  • Lipides: 0,3 g
  • Eau: 89%
  • Fibres: 3 g, abondance facilitant le transit intestinal (3 % en poids de cellulose). Il contient aussi d’autres composés glucidiques légèrement laxatifs.

Vitamines et minéraux :

Il apporte donc à la fois des protéines, des glucides et des lipides mais reste néanmoins peu calorique.

C’est un légume « anti-stress » par excellence.

Le brocoli est aussi une véritable source de vitamine B9, c’est un légume « anti-anémique ». Il a une action préventive du cancer (et principalement le cancer du colon) grâce aux fibres et aux composés soufrés et d’autres antioxydants très puissants : indoles, sulforaphane, glutathion, quercétine, β-carotène, brocoline (alcaloïde typique du brocoli) : ces substances ont la propriété de neutraliser certains composés toxiques présents dans l’organisme (radicaux libres) : à lui seul le brocoli regroupe la quasi-totalité des principaux agents antioxydants alimentaires les plus puissants. Mais son pouvoir antioxydant est effectif à condition de le consommer cru et germé (petite plante très jeune ) quasi-quotidiennement

Publié dans : Non classé |le 11 mars, 2008 |41 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

41 Commentaires Commenter.

  1. le 12 mars, 2016 à 9:18 Patrick BROSSE écrit:

    Merci pour ce blog qui m »à permis de mieux vivre au quotidien… Est il possible de réchauffer avec le micro-onde?

  2. le 8 février, 2015 à 3:24 fredeureka écrit:

    Félicitation pour ce blog… si certain aimerait échanger trucs et conseils… j’aimerais bien. Je souffre d’une prostatite depuis 1 mois. C’est bien peu si je me compare a certain d’entre vous. Je suis aux antibio pour l’instant mais je n’y vois pas grand changement. On essaie le brocoli … on verra fred_martel@hotmail.com

  3. le 9 janvier, 2015 à 19:15 Soriavie écrit:

    Pour éviter de consommer du brocoli tous les jours il existe du brocoli en comprimé très concentré, brocoli à partir de jus bio déshydraté! Essayez !!
    http://www.plusdephyto.com/antioxydant/brocoli-1895.html

  4. le 21 mai, 2014 à 12:28 phildu34 écrit:

    Bonjour
    Je souffre depuis mi février de symptômes ressemblant à une prostatite chronique : douleurs dans le bas ventre, au bout de la verge, etc… Après avoir vu 3 urologues, le 4ème a diagnostiqué une prostatite chronique avec un essai d’antibios bactrim, oflocet et augmentin (1 semaine chacun)Cependant je n’ai pas pris l’augmentin vu les effets secondaires possible, car j’ai aussi développer des acouphènes légers suite à une prise de Brexin (anti inflammatoire) sans oublier le stress quotidien.
    Il y a un médecin biologiste sur Paris, le Dr Patrick Saada qui pratique les analyses des sécrétions prostatiques après massage et guérit certaines prostatites, grâce à une antibiothérapie associée à des massages de la prostate réguliers. Quelqu’un a t il entendu parler de ce docteur et du protocole de Manille ? Merci

  5. le 31 mars, 2014 à 15:20 adel écrit:

    Bonjour,

    j’ai 38ans j’ai subi a une intervention chirurgicale (fistule anale) aprés j’ai eu un problème des urines (fiable & mal de bas de dos) je voudrais savoir est ce que le brocoli est efficace ou pas ??

  6. le 1 mars, 2014 à 19:05 phil443 écrit:

    Bonjour: le traitement brocoli ne marche pas pour tous, seul l’essai permet de savoir s’il réduit les symptômes. Il faut acheter le légume et le cuisiner

  7. le 1 mars, 2014 à 16:25 Garnier écrit:

    01/03/14
    Philippe 61 ans
    Bonjour à tous,
    Même état de désespoir que les autres intervenants. Symptômes: sensation d’avoir envie d’uriner trop fréquente, miction ralentie, en plusieurs jets, sensation d’une balle de golf dans le rectum (envie d’aller à la selle,vagues brûlures, douleurs fugaces),mal-être général de la zone pelvienne, aines (très) douloureuses avec même des douleurs dans les cuisses, inconfort en position assise , gêne pelvienne en me penchant en avant, douleur diffuses dans l’abdomen, sensation désagréable après éjaculation (éjaculation rétrograde pour ma part, ayant été opéré d’un adénome bénin de la prostate il y a un an) ;Batterie d’examen habituels : ECBU toujours négatifs, echographie prostatique après miction :RAS c’est vide) et pourtant sensation d’avoir envie d’uriner, consultation généralistes, urologues, gastro-entéro (fibroscopie/coloscopie RAS), homéopathe, osthéo …etc. Je précise que j’ai eu une prostatite aigüe après l’intervention sur l’adénome (infection nausocomiale en milieu hospitalier) avec blocage urinaire et prise antibio (ciflox à dose max sur 15 jours !) ; peut être la génèse de mes problèmes… J’ai maintenant en plus mal aux articulations : genoux, épaules ; est ce dû à une trop grande crispation de tous mes muscles.Je suis tendu , devient dépressif, nœud dans l’estomac, palpitations cardiaques(extra systoles) le tout lié à mon état nerveux.J’ ai dû arrêter le sport. Je dois passer un examen neuro physiologique du périnée la semaine prochaine à Mondor et un IRM de la prostate ensuite. Marre d’avoir ma vie pourrie par cette sa…..rie. Je vais tenter le traitement brocolis et voudrais demander à l’auteur de ce site extraordinaire(sincèrement merci à lui pour la mine d’info, de tuyaux , d’adresse…et de temps qu’il a passé pour celà)si des gellules ou du concentré de brocolis ou toute autre forme synthétisée peut convenir et produire les mêmes effets. La réponse est peut- être quelque part sur le site mais je ne l’ai pas trouvée. Je laisse une adresse E-mail si quelqu’un veut échanger : wildrun@free.fr. Courage à tous.

  8. le 30 novembre, 2013 à 16:22 sherel écrit:

    Re bonjour en premier lieu je viens de voir phil que vous avez laissé des messages sur doctissimo depuis 2005 ou 2006, ma question est simple + de 7 ans comment allez vous aujourd’hui en 2013? le blog datant un peu vous en êtes à combien d’années de cure de broccoli?
    enfin je m’aperçois en lisant mon dernier message que je n’ai pas été clair, en effet il y a une chose que je ne comprends pas vous dites à un moment « Pour les personnes malades depuis un ou deux ans, 21 jours de traitement suffisent. Les patients qui fait leur cure de 21 jours peuvent à nouveau sentir un manque de confort 5 ou 6 mois après » puis ensuite que dès l’arret de la cure les symptomes reviennent, c’est cette antinomie qui m’echappe. Voilà merci de votre réponse, sinon il n’y a toujours pas de traduction du livre du dr wise?serait il possible de le recuperer via mail? mille merci pour tout.Pour info je suis actuellement en tritherapie busserolle/tadenan/buyere et si la 1ere semaine fut bonne je viens de finir la 2eme semaine et les symptomes sont revenus douleur rectal ( sensation d’un pic ou d’un doigt à l’interieur) et surtout genes ou brulure au niveau du gland/méat créant le besoin d’uriner à suivre donc….

  9. le 20 novembre, 2013 à 14:11 sherel écrit:

    Bonjour, je voudrais savoir si les personnes qui ont pris du brocoli avaient des douleurs post éjacula sur 1 ou plusieurs jours? et si oui est ce que le brocoli leur a fait du bien à ce niveau. De même on parle de cure de brocoli et malgré tout il est bien indiqué que le mal revient dès l’arrêt, cela sous entend qu’il faut boire du brocolis en continu ou bien malgré tout il y a du repit ( quelques jours) entre chaque cure?
    Merci de vos retours.

  10. le 4 octobre, 2013 à 23:28 christian écrit:

    Bonjour
    perso je me suis trainé une prostatite pendant des mois sans arriver à m’en débarasser. Les antibiotiques fluoroquinolones m’ont légèrement endommagé le tendon achille droit. J’ai arrêté au bout de 15j.
    Il y avait un léger mieux dans la prostate mais la gêne restait. Puis j’ai découvert le traitement brocoli par ce site. Et là ma vie a changé :) Depuis, j’ai appris à maitriser. En cas de prostatite, il faut faire en ce qui me concerne le traitement brocoli sur environ 6 jours. Perso je les cuits à feu doux (5-6), pendant 2H, jusqu’à ce que l’odeur empeste toute la cuisine. Puis je laisse un peu refroidir dans la casserole (1H) et je bois tout d’un coup. Il m’arrive de temps en temps de laisser un verre au frigo. Remarque : c’est vrai que le goût n’est pas fameux. Je mange une cuiller de confiture derrière :)

    Puis depuis quelques mois, une seconde affliction est venue m’habiter : épidydimite droite. Et là, je n’ai pas encore trouvé la recette miracle. Idem les fluoroquinolones, de vraies saletés.
    J’ai l’impression que le traitement brocoli aide, car en soulageant la prostate, il soulage indirectement l’appareil urinaire en général. Mais sans plus sur l’épidydime. Alors je cherche. J’ai entendu parler de l’achillé millefeuille, de la prêle, l’échinacée, les baies de palmetto, et pulsatilla. Je vais essayer de faire « mon marché » dans tout ça et voir si quelque chose marche.

  11. le 7 août, 2013 à 22:37 phil443 écrit:

    bonjour,
    effectivement en le salant un peu le jus de brocoli passe, il existe des tortures bien pires ( par contre sans sel du tout
    c’est assez déprimant ).

    le jus de brocoli procure un effet presque instantané, lorsqu’il doit procurer de l’effet. En particulier vasodilatateur
    et sur la libido ( sorte d’ « effet viagra » plutôt intéressant ).

    Par contre il n’est pas efficace pour toutes les pathologies urinaires, ainsi p. ex. dans la cystite interstitielle, il ne sert à rien.

    A mon avis sans résultat après une semaine, il est inutile d’insister.

  12. le 7 août, 2013 à 19:47 Brocoleur59 écrit:

    Bonjour, C’est Brocoleur59
    comme convenu je viens vous rendre compte des effets que me « Donnerait » une cure de jus de brocoli; j’ai bu mon premier bol le 05/08/13. Pour le moment mercredi soir soit le 07/08/13 rien à dire aucun effet ressentis ni bons,ni mauvais.
    Chaud le jus de brocolis,légèrement salé n’est pas si désagréable que ça!j’ai bu bien pire dans ma vie.
    à bientôt

  13. le 24 juillet, 2013 à 9:30 Guillaume écrit:

    Bonjour,

    j’ai essayé le jus de brocoli mais je trouve ça horrible à boire !! Est ce que je peux rajouter d’autres légumes ou fruits sans enlever les propriétés du brocoli et nuire aux bienfaits de la cure ?

    Merci de votre réponse

  14. le 14 novembre, 2012 à 11:12 Pierre écrit:

    Bonjour, après avoir trouvé d’excellentes idées sur ce blog, à mon tout de fournir une légère contribution.
    Cas simple: HBP et prostatite chronique, avec manifestions habituelles.
    J’ai testé le jus de brocoli surgelé, puis celui issu du légume frais. Franchement, il n’y a aucune comparaison, celui issu du frais semble beaucoup plus efficace. Je confirme donc le propos à la rubrique « Divergences par rapport au site Brocoli »

  15. le 12 novembre, 2012 à 2:20 guy écrit:

    salut ,cela fait cinq ans que je souffre d une prostatite chronique .mon uro m a mis sous antibiotique pendant 6 semaines.question; un traitement antibiotique serait il compatible avec une cure de brocoli.merci
    ci

  16. le 10 juillet, 2012 à 19:24 Paul écrit:

    Bonjour voici mon témoignage je me levais 7 a 8 fois la nuit et même plus souvent je me recouchais et me relevais presque ausitôt je ne pouvais pas tout uriner , ça faisais trop mal , jusqu’au jour ou j’ai trouver le vinaigre de cidre bio , j’en prenais 2 cuillère a thé le matin , j’en metteis dans mes salades , maintenant fini ces problèmes , j’ai 76 ans heureux comment un enfant. Paul Québec ,canada

  17. le 3 avril, 2012 à 23:36 dashi écrit:

    voilà, j’ai 40 ans ça fait 5 ans( c’etait en 2007 que je découvre que j’ai une hypertrophie de la prostate, avec une prostatite aigu!, et c’etai à la suite d’un blocage, et qu’il aurait fallu me sonder, j’ai subi des traitements (antibiotherapie pendant 8 semaines) permixon et un alpha bloquant, depuis j’ai pu revivre assez normalement, sauf qu’il n’ya pas eu total guerison, et depuis maintenant 8 mois je revis le calvaire, et ça ne fait pas 2 semaines, un nouveau blocage c’est produit, et je stresse trop!! car ma compagne m’a laché… et en meme temps les antibiotiques ont fragilisé la fonction hepatique, donc, j’ai du arreter le traitement au bout de 15 jours, ce qui trés insuffisants, je laisse les alphas bloquant (jozir) et permixon, et à defaut du brocolis, j’ai fais le chou fleur, puisque c’est la même famille, car je ne reussi à en trouver ici à Alger, je stresse aussi car je traine une blessure profonde pour celle que j’ai pourtant tant aimé. y’a il une solutions pour des antibiotique moins nocifs ou une solution phyto!!

  18. le 24 janvier, 2012 à 1:04 IggyZen écrit:

    Bonjour,

    Très intéressant.

    J’ai souffert d’une prostatite chronique pendant deux ans. J’en ai guéri finalement après avoir effectué des soins dentaires qui attendaient depuis des lustres. L’état infectieux sub-aigu dentaire, par des diffusions continues de bactéries dans le sang, finit par infecter à son tour le système urinaire, apparemment avec un tropisme plus fort pour la prostate. L’absence ou l’insuffisance de rapports sexuels semble être un facteur aggravant, de même que la surconsommation de graisses animales et de produits laitiers. Ces derniers auraient tendance à rendre la paroi intestinale poreuse, ce qui laisse passer des bactéries intestinales dans le système urinaire.
    Je ne prétends pas en faire LA cause, mais dans mon cas cela a été la seule solution réelle à ma prostatite. J’ai aussi noté une légère calcification et épaississement de l’artère carotide, peut-être par l’action inflammatoire des bactéries. Ma santé dentaire s’étant de nouveau empirée récemment, ces mêmes signes reviennent progressivement : calcifications, prostatite, endolorissement de la nuque (inconfort), gastralgies …

    Peut être une info utile pour certains d’entre vous.

  19. le 15 décembre, 2011 à 2:59 oli4star71 écrit:

    Bonjour,
    Par la force des choses ou de ses douleurs on arrive a trouver l’origine de ses problémes…la prostatis…prostatite
    J’habite à Hong Kong(Chine) depuis de nombreuses années et depuis plusieurs
    mois j’ai ce probléme qui etait compliqué…introuvable,,,
    A la suite d’une grosse crise depuis un mois j’ai pu trouver un docteur plus sérieux,
    J’attends les résultat du labo..mais il pense à une prostatite
    Depuis hier j’ai commençé le traitement brocoli
    Je voudrais connaitre l’expérience des antibiotiques (protatite) (aigue ou chronique)
    Au quotidien, j’ai les intestins fragiles.. pouvoir aider Mon docteur dans le choix de ses medicaments( je je support pas l’augmentin)
    J’aimerai aussi connaitre a forme et l’objet ingénieux que
    Philippe Vincent (Belgique)
    A fabriqué , merci pour les commentaires
    Et l’experience de chacun, qui s’avere precieuse :-)
    Oli..

  20. le 6 novembre, 2011 à 22:52 djams écrit:

    salut on le trouve ou le rocoli en algerie
    et il s’appelle comment en arab les amis merci d’avance

  21. le 19 juin, 2011 à 17:44 mes écrit:

    bonjour
    ou peut on trouver le brocoli en algerie? et merci d’avance

  22. le 8 décembre, 2010 à 20:48 hamouda écrit:

    pour azedine d algerie il est disposnible le brocolie ont algerie en surgele et frait

  23. le 5 avril, 2010 à 10:59 phil443 écrit:

    popeye1972 le 30 mars 2010 à 23h09

    Bonjour,
    je vous écrit afin e vous faire part de mon expérience.
    J’ai 38 ans.
    Il y a 3 ans environ, j’ai eu ma première prostatite infectieuse. Un refroidissement en ayant roulé à moto l’hiver semblait être la cause.
    De plus, selon l’urologue (âgé, expérimenté et éminent professeur), mes activités sportives passées (vélo 10 ans et aviron 5 ans),
    n’ont rien amélioré. En effet les selles dures des vélos de routes renvoient des chocs qui provoquent à la longue des micros traumatismes à la prostate.
    Je me suis rappelé avoir eu en effet des sensations de brûlures en urinant plusieurs fois durant ma jeunesse.

    Bref, suite à cette prostatite, je n’ai plus jamais connu un état « comme avant ». Cela pouvait se faire oublier un temps, une semaine voire deux mais un jour ou l’autre,
    les soucis revenaient. Chez moi, cela était surtout l’impression d’avoir tout le temps une chaleur dans la vessie et/ou de devoir uriner souvent.
    Je suis retourné voir mon urologue plusieurs fois qui m’a expliqué son impuissance (c’est le cas de le dire) à me soigner totalement.
    Souffrant lui-même de prostatite chronique depuis l’âge de 48 ans, il connaissait bien ces états d’allers-retours désagréables.

    Ma prostate a connu des épisodes infectieux bactériens et aussi abactériens. Une inflammation seule était souvent cause de mes problèmes.
    J’ai essayé tous les antibiotiques possibles pour la prostate. Ciproxine, Doxyxcycline, Amoxicycline et Bactrim.
    Certains ont amélioré mon état, mais jamais complètement guéri.
    Je me suis alors doucement fait à l’idée de vivre avec cette prostatite de manière quotidienne…

    J’avoue avoir été souvent déçu et attristé par mon état. Mais j’ai toujours tenté de trouvé des solutions qui atténueraient voire guériraient mes symptômes.
    L’ostéopathie, l’homéopathie m’ont souvent soulagé. (dans mon cas, Aconit et Hépar Sulfur ont eu des résultats surprenant surtout sur la vigueur du jet urinaire)
    J’ai tenté de nombreux remèdes, jusqu’à tomber sur votre site.
    Malheureusement, je ne parvenais pas à rentrer mon doigt correctement ou alors au prix de douleurs qui me faisaient arrêter au bout de 10 secondes.

    Je me suis alors fabriqué un outil recourbé d’environ 15 cm, en bois de bambou lamellé collé(morceau de parquet travaillé et poli)
    que j’introduis à la place de mon doigt. Une sorte de « gode » mais plus fin et se terminant en boule,
    ce qui permet d’appuyer sans blesser. Le drainage fonctionne bien. Un drainage quotidien est nécessaire pour moi.
    Il sort à chaque fois plusieurs gouttes de mon méat. Parfois, je dirais une fois sur deux, j’ai des amas gélatineux de sperme qui ressortent.
    Selon l’urologue, ces amas seraient dû à un manque d’une enzyme prostatique spécifique qui liquéfie le sperme.
    C’est rare, mais il n’existe pas de solution médicale à ce problème.

    Le drainage en est un.

    Mais c’est ma dernière crise qui ma fait comprendre quelque chose d’important. Lors de ma dernière crise de prostatite, les analyses ont révélé une présence élevée
    de gastro-entérocoques. Ces bactéries sont naturellement présentes dans l’intestin. C’est alors que j’ai compris le lien de causes à effet de l’alimentation et de ma prostatite.

    Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi le café, les épices, l’alcool sont ils à éviter en cas de prostatite? Je ne le comprenais pas
    .
    En fait, TOUS ces aliments provoquent un déséquilibre intestinal favorisant la prolifération de ces bactéries. L’équilibre intestinal a tendance
    à les éliminer. Elles passent donc massivement dans le sang, puis dans les reins, et donc dans la vessie.
    Ces bactéries se développent particulièrement bien sur une muqueuse. Elles prolifèrent donc dans la prostate.

    Le drainage permet une évacuation massive de ces bactéries avant même qu’elles ne s’y installent.

    J’ai essayé entre autre le régime brocoli (très dur). Je me rappelle avoir eu comme premier constat une amélioration
    de l’état de mes selles(habituellement molles elles passaient à dur).
    Ceci explique cela. les intestins se portent mieux, la prostate se porte mieux. Même chose pour le régime oignon cru.

    Ceci n’est pas une solution mais depuis, je veille à mon alimentation, prend des Probiotic(flore intestinale) en permanence.
    Ma prostate est devenue fragile et vulnérable avec le temps.
    Le moindre déséquilibre et c’est les symptômes désagréables.

    Mais le drainage est très efficace. J’en arrive à ressentir quand ma prostate s’engorge(parfois deux fois/jour).
    Un drainage et 10 min après, tout se calme.

    Merci donc pour votre site!
    Et je retiendrai de mon expérience plusieurs choses:

    -Une prostate met des années à se fragiliser. Il n’y donc pas de solutions miracles en un jour.

    -les adolescents devraient être prévenus des risques de certains sports et/ou refroidissements du périné(mon urologue constate une évolution de l’âge des consultations. De + en + jeunes)

    -on ne tient pas assez souvent compte des problèmes intestinaux liés à la prostate

    -L’homéopathie est une une bonne solution mais il ne faut pas attendre une solution rapide. Cela demande un bon homéopathe, de nombreux essais. Mais le résultat est sérieux.

    Amicalement,

    Philippe Vincent (Belgique)

  24. le 25 janvier, 2010 à 17:47 phil443 écrit:

    ne pas oublier que le Traitement Brocoli est un traitement « symptomatique », il soigne les symptômes (comme l’aspirine soigne les maux de tête) mais pas l’origine du mal, qui demeure la plupart du temps mystérieuse. Faute de mieux je m’en contente, de même que je me contente de l’aspirine pour le mal de tête…

  25. le 25 janvier, 2010 à 15:44 Schika écrit:

    Bonjour,

    Merci pour cette traduction de la « recette brocoli ».
    43 ans, 3éme prostatite d’apparition « fulgurante »… (comme les autres)
    Je souhaitais apporter un témoignage par rapport à celui de Michel.
    Certes les antibios sont probablement indispensables (y a t’il d’autres choix en cas de crise intense ?) Mais attention au fluoroquinolones qui sont prescrites par défaut. Elles sont les plus efficaces… et peut être les plus dangereuses aussi. Lors de ma 2éme crise, j’ai commencé un traitement à la noroxine. Les symptomes prostatiques se sont atténués, mais mon état général s’est dégradé. Je n’avais pris que 2 cachets ! C’était sur un weekend donc pas de résultat d’antibiogramme avant le lundi (ne tombez pas malade un vendredi soir ou samedi). J’ai continué à prendre 2 autres cachets mais j’ai décidé d’arréter tellement je sentais d’étranges effets secondaires (douleurs dans les membres, angoisses). Le lundi, j’ai pu avoir une prescription d’un autre antibio efficace aussi sur le germe responsable quoique sans doute moins que la noroxine.
    Mais si la prostatite s’est guérie en qq jours, j’ai souffert de douleurs dans les poignets, avant bras, et tendons d’achille pendant 2 semaines. J’ai marché comme un papy pendant un mois, pas à cause de la prostate mais à cause de mes tendinites aux jambes provoquées par la noroxine.
    Au final il m’a fallu plus de 2 mois pour me remettre de mes 4 cachets de noroxine. Si j’avais suivi les 2 semaines de traitement je serais probablement infirme.
    Cette fois, j’ai insisté auprès du médecin de garde sinon j’aurais encore eu droit à la noroxine ! Bon ok, la cefixime est moins efficace, mais ça semble marcher (6 semaines d’antibios qd meme !)
    Allez, brocolis ce soir, ça peux pas faire de mal :-)

  26. le 15 décembre, 2009 à 18:39 phil443 écrit:

    Merci Michel pour votre commentaire

    Hélas 90% des prostatites sont « abactériennes » càd sans infection ni germes, il n’existe donc pas de traitement antibiotique utile. Néanmoins, presque ttes les prostatites chroniques ont été précédées d’un épisode infectieux, même si ce mécanisme demeure 1 grand mystère

    C’est l’inflammation du sphincter anal qui donne cette impression d’avoir envie d’aller à la selle sans raison, de même que l’inflammation de la vessie donne l’envie d’aller uriner pour rien…

    Les alfa bloquants ont pour rôle de relâcher le « muscle lisse » de la prostate. Utilisés en général en cas d’adénome, ils sont souvent sans effet pour les prostatites

    Le bouillon de brocoli est intéressant y compris en phase d’infection aigue, et même surtout dans cette phase… il s’ajoute aux autres traitement sans contre-indication

  27. le 15 décembre, 2009 à 9:20 Michel écrit:

    Bonjour à tous. J’ai été très intéressé par ce site et je voulais apporter mon humble contribution personnelle, étant moi même sujet à des crises prostatiques depuis quelque temps, et étant actuellement en plein traitement antibiotique. Première remarque sur l’importance d’un bon diagnostic de départ, car tel ne fut pas mon cas : Deux médecins successifs ayant bien décelé une infection urinaire en passant totalement à côté de son origine : la prostate. L’un d’entre eux, face à un résultat de CBU négatif, malgré mes douleurs abdominales et le syndrome « balle de golf » m’a purement et simplement dit d’arrêter les antibiotiques au bout de 4 jours. Résultat, à peine un mois plus tard je rechutais avec un blocage presque total des selle et des urines (globe vésical) à cause de ma prostate qui avait doublé de volume. Ceci a bien failli me conduire aux urgences pour une pose de sonde. Heureusement, par des massages patients, j’ai réussi à vider ma vessie goutte à goutte avant de consulter un troisième médecin qui a heureusement compris le problème et a prescrit immédiatement des fluoroquinolones (Ciprofloxacine) pour une durés minimale de trois semaines ! J’en suis actuellement au début de la seconde boite. Les symptômes fiévreux (40° le premier jour) ont totalement disparu en 3 jours. Par contre les symptômes urinaires et intestinaux ont eu plus de mal a refluer. En effet si les brûlures à la mixion (impression de « pisser des lames de rasoir » ont disparu en quelques jours, l’impression de gêne urinaire avec un jet très réduit et encore un peu douloureux, et celle de gêne intestinale (impression d’avoir en permanence envie d’aller à la selle sans pouvoir évacuer quoique ce soit de significatif) on persisté plus longtemps. Pour être précis, la crise est survenue brusquement dans la nuit de mardi à mercredi dernier et ce n’est que le matin du mardi suivant que j’ai pu me réveiller enfin sans avoir du me lever dans la nuit. De plus la sensation de balle de golf a elle aussi plus ou moins disparu : ceci après une semaine presque entière d’antibiotiques à raison de deux par jour. Je voulais donc faire part ici de mon expérience pour dire qu’il faut d’abord poser le bon diagnostic sur la maladie. Les antibiotiques doivent être pris systématiquement dans une telle crise et il faut les prendre longtemps et surtout pas les arrêter ! Dans mon cas, l’erreur de diagnostic du premier médecin qui croyait à des calculs urinaires à sans doute conduit à l’apparition de formes de résistance pour les bactéries survivantes qui étaient dans la prostate (entérocoques migrant probablement depuis les intestins). J’ai pris un rendez-vous début janvier pour une échographie et radiographie complète des voies urinaires et de la prostate pour faire le point sur un éventuel adénome bénin. Par la suite, si les choses continuent à évoluer favorablement j’envisagerai un traitement homéopathique dans un premier temps (et aussi pourquoi pas ce fameux jus de brocolis), et s’il s’avère que j’ai un adénome (j’ai 61 ans et c’est une chose fréquente à ces âges), je prendra un traitement aux alfa-bloquants ou un autre anti-œstrogène afin de bloquer la 5 alfa-réductase responsable du gonflement de la prostate.
    En résumé si vous êtes affecté d’une prostatite, qu’elle soit aiguë ou chronique, commencez par un bon diagnostic puis prenez patience car les antibiotiques n’agissent pas immédiatement et vous aurez quelques jours difficiles à passer avant une amélioration (le Spasfon est efficace pour calmer les douleurs durant cette période délicate, faites-vous en prescrire). Mais retenez que l’antibiothérapie est un passage obligatoire et qu’elle doit impérativement durer plusieurs semaines et ne pas s’arrêter à la disparition des symptômes. Il faut en effet éradiquer totalement les nids de bactéries qui se nichent dans la prostate ; organe effectivement très difficile à atteindre par les antibiotiques. Bon courage.

  28. le 6 août, 2009 à 18:26 phil443 écrit:

    je ne pense pas que le bouillon de brocoli puisse diminuer les douleurs à l’érection et à l’éjaculation, mais chque cas étant unique, il faut d’abord essayer pour le savoir

    Les broccosprouts sont recommandées contre les éventualités de cancer, c’est tout

  29. le 6 août, 2009 à 14:23 Laurent écrit:

    Bonjour Phil, un grand bravo pour ton blog (et ton site initial).

    Tu faisais part de douleurs à l’érection et à l’éjaculation sur ton site initial.
    As tu constaté une amélioration de ces symptômes avec le traitement brocoli (rapide ou plus ou moins longue). Je te pose cette question car il ne semble pas que tu évoques une amélioration (ou une non amélioration) de ces symptômes suite à ta prise régulière de bouillon de brocoli.

    Enfin, as tu fais usage toi-même des broccosprouts,et si c’est le cas, est-ce un bon complément de la prise de bouillon.

    Merci de ta réponse.
    Cordialement,
    Laurent

  30. le 27 juillet, 2009 à 18:18 phil443 écrit:

    PS : si les prostatites laissent indifférents les urologues, c’est pour 2 raisons :
    1) ils ne savent ni les soigner ni les diagnostiquer
    2) ça rapporte des ennuis mais pas d’argent

    arrivez par contre avec un bon cancer et on vous ouvrira les bras. Ce n’est pas de l’humour noir, c’est la réalité.

  31. le 27 juillet, 2009 à 18:11 phil443 écrit:

    bonjour joelle

    je ne comprends pas bien votre démarche : aucun diagnostic n’a été fait en ce qui concerne les pbs prostatiques de votre ami. Or la 1ère des choses à faire est d’établir ce diagnostic (ou au moins d’essayer) car dans ce domaine, il existe 10 pathologies différentes créant les mêmes symptomes

    et, bien entendu, ce n’est pas la même démarche thérapeutique selon le diagnostic.

  32. le 27 juillet, 2009 à 13:59 joelle combes écrit:

    Mon amoureux n’oserait jamais venir sur ce blog,alors je me lance à sa place:
    il souffre d’une prostatite (douleurs au bas ventre,petits problèmes d’érection et d’éjaculation,mais pas de problème pour uriner)Moralement,il est très souvent abattu,car c’est une personne qui n’a jamais eu aucun problème de santé jusque là (il a 53ans)
    Depuis quelques jours,il a commencé une cure de brocolis et suit un régime à base de plantes etc…
    Mais ce que j’aurais aimé savoir,si vous avez la gentillesse de me renseigner,si possible,c’est:
    le nom et l’adresse de l’urologue d’Orléans
    y a-t-il moyen de trouver un médecin ou urologue qui pratique un dégorgement de la prostate par « toucher rectal »?Ici,à Montpellier,je n’en connais guère et cherche « un téléphone arabe » qui puisse me faire parvenir quelques « filons »…
    Ce serait adorable de bien vouloir me répondre,voire,de me donner des liens ou des adresses,ou des conseils…je serai « preneuse »,car je suis absolument affolée de voir combien ce problème répandu reste en suspens et sans vraie réponse!
    Ils sont »cons » ces médecins,ils pourraient se faire de l’or en exploitant sérieusement ce domaine et ils soulageraient bien des hommes en détresse (ainsi que leurs compagnes,d’ailleurs!!!)
    A l’avance,je vous remercie de m’avoir lue,et espère une petite « piste » à suivre…Bien à vous,joelle

  33. le 23 juillet, 2009 à 15:54 phil443 écrit:

    ah bon vous avez compris que ce blog avait 1 auteur… vous êtes en progrès :)

    il est presque certain que vous n’avez pas une prostatite chronique, dans ce cas le traitement brocoli est inopérant

  34. le 23 juillet, 2009 à 12:26 R écrit:

    Alors voilà, j’ai essayé le traitement brocoli tel que décrit sur ce site.

    Il faut reconnaître que c’est un peu lourd quand même. Le demi-litre de jus de brocolis au réveil…. quasiment tous les jours… je crois que je viens de me dégoûter du brocolis à jamais.

    Mais bon, si jeu en vaut la chandelle ? Dans mon cas, c’est un échec. Mais peut-être n’ai-je pas de prostatite chronique ?

    Par contre, je voudrais avoir l’avis de l’auteur de ce blog sur des traitement phytothérapique à base de busserolle, évoqués sur d’autres sites.

    Merci.

  35. le 21 juillet, 2009 à 19:33 phil443 écrit:

    bonjour
    non c’est une certitude : il n’y a aucun rapport entre prostatite et cancer de la prostate, d’une certaine façon la prostatite pourrait même avoir un effet protecteur

    Tout objet introduit dans l’urètre peut léser ce conduit très délicat, aussi faut-il limiter les explorations au maximum. L’urètre n’a pas été fait pour y faire pénétrer des objets

    Le toucher prostatique bien fait est indolore, pas très bien fait il est douloureux, très mal fait il peut provoquer des lésions. Dans le 1er cas vous avez affaire à un artiste, dans le dernier cas à un boucher. Hélas ils existent, surtout lorsque ce ne sont pas des urologues

  36. le 21 juillet, 2009 à 16:15 prostatic_sufferer écrit:

    Bonjour,

    d’abord, bravo pour votre site. C’est un havre dans un océan
    d’incompréhension (et d’incompétence) médicale vis-à-vis
    de la prostatite.

    Je confirme le fait que le régime brocoli a des vertus apaisantes
    plutôt que curatives. Cela fait maintenant 4 semaines (4 x 7 jours)
    que je suis le RB, et ai constaté que pendant les semaines de
    traitement, les symptômes ont tendance à diminuer, même s’ils
    ne disparaissent pas totalement, et qu’ils peuvent ressurgir,
    parfois de façon assez violente, pendant les périodes d’arrêt de
    trois jours.

    D’autre part, j’ai constaté que les prostatites allaient de pair
    avec les problèmes intestinaux (constipation, diarrhées, manque
    d’appétit, etc.) comme si les intestins malades contaminaient
    la prostate, l’irritation de l’anus, et des démangeaisons cutanées.

    Last but not least, depuis un certain nombre d’années, je me réveille
    souvent le matin en état d’épuisement, avec des douleurs dans les bras
    et/ou dans les jambes, comme si j’avais de la fièvre, mais sans élévation de ma
    température. Est-ce lié ou provoqué par ma prostatite/uréthrite, ou
    la manifestation d’une infection chronique qui irrite ma prostate, je
    ne sais.

    Certains d’entre vous savent-ils si une prostatite chronique peut se
    transformer en cancer de la prostate ?

    D’autre part, la fibroscopie urétrale et le palper prostatique peuvent-ils
    endommager respectivement l’urètre et la prostate ?

  37. le 25 juin, 2009 à 7:54 R écrit:

    Bonjour,

    Je souffre de douleurs pelviennes depuis 3 ans.

    Ces derniers mois, on m’a traité pour une névralgie pudendale. Mais sans succès, plusieurs infiltrations (canal d’alcock, piriforme) n’ont apporté aucun effet positif, et n’ont même pas pu confirmer le diagnostic. J’ai eu un EMG positif, mais certains médécins ont mis en doute sa fiabilité.

    En parallèle, j’ai eu une batterie d’analyse pour rechercher des indices d’une prostatite chronique. Là encore, aucun indice : pas de germe, pas d’inflammation de la prostate.

    Je me retrouve donc sans diagnostic. Néanmoins, si je m’attache à des faits objectifs, je note :
    - que mes problèmes ont commencé 2 semaines après une infection urinaire non traitée
    - que mes douleurs se traduisent notamment par des douleurs bilatérales aux épididymes, qui semblent assez caractéristiques d’une prostatite.

    Sur le net, j’ai cru comprendre qu’il existait des prostatites très vicieuses, difficiles à diagnostiquer. Du coup, j’entreprends un traitement brocoli pour voir.

    Merci de vos avis.

  38. le 11 avril, 2009 à 13:52 phil443 écrit:

    en effet c’est un traitement des symptômes, dont l’effet le + important est vasodilatateur (ça aide à uriner)

    théoriquement c’est aussi anti-infectieux, mais je pense qu’il ne faut pas trop y compter

    De ttes manières c’est sain et utile, quelle que soit la prostatite

  39. le 11 avril, 2009 à 12:43 fmb78 écrit:

    Salut Phil443
    Cela fait 6ans que je me bas désespérément contre une prostatite chronique bactérienne mais en vain.Je viens de lire le traitement à base de brocoli me semble efficace surtout après de nombreuses cures d’antibiotiques sans moindre résultat.Mais j’ai une question,le brocoli est -il efficace vis à vis de la prostatite chronique bactérienne?
    Vous aviez dit que c’est un traitement symptomatique et non curatif telle est ma préoccupation.J’attends impatiemment votre réponse
    fmb78

  40. le 24 janvier, 2009 à 14:39 ghnassia écrit:

    Méfiance pour les gens en traitements anti vitamine K, posez la question à votre médecin, la plupart des traitements anti coagulants proscrivent le chou, sous toutes ses formes à cause de leur forte teneur
    en vitamines K
    Cordialement !

  41. le 26 juin, 2008 à 20:56 seloua écrit:

    bonsoir c azzeddine d’algerie je souffre d’une prostatite chronique et j’ai votre article concernant l’efficasité de la fleure brocolie mais malheusement je ne sais pas si elle existe chez nous en algerie .

Laisser un commentaire

Psychologie |
formation, rééducation Oro-... |
Equinfos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ASSOCIATION DES MEDECINS ...
| Dentiste Equin Muriel TUDZIARZ
| alcool et consequences